Aujourd’hui j’aimerais vous parler d'un sonnet qui me plaît beaucoup : Quand vous serez bien vieille de Pierre de Ronsard.

Quand vous serez bien vieille, au soir, à la chandelle,     rose2
Assise auprès du feu, dévidant et filant,
Direz, chantant mes vers, en vous émerveillant :
"Ronsard me célébrait du temps que j'étais belle !"

Lors, vous n'aurez servante oyant telle nouvelle,
Déjà sous le labeur à demi sommeillant,
Qui au bruit de Ronsard ne s'aille réveillant,
Bénissant votre nom de louange immortelle.

Je serais sous la terre, et, fantôme sans os,
Par les ombres myrteux je prendrai mon repos ;
Vous serez au foyer une vieille accroupie,

Regrettant mon amour et votre fier dédain.
Vivez, si m'en croyez, n'attendez à demain :
Cueillez dès aujourd'hui les roses de la vie.

Elle est connue comme son auteur, n’est-ce pas ? Je la trouve très belle et émouvante. En fait, c’est « retrouver »: je l’ai lue il y a huit ans. C’était tout par hasard que je l’ai entrevue, en version chinoise bien sûr. Mais étant une petite fille, je ne savait pas l’apprécier. Maitenant je la retrouve en version originale, et je connais que c’est le « Sonnets pour Hélène » de Pierre de Ronsard.

Ronsard n’est peut-être pas très célèbre en Chine, mais tout le monde admire la réputation de la Pléiade dont il est le représentant. Le recuil Sonnets pour Hélène est l’un des ses chef-d’oeuvres. Dans l’histoire, Hélène de Surgères fut une servante de la reine. On dit que ce sonnet était écrit à la demande de la reine pour célébrer et consoler cette jeune fille qui venait de perdre son fiancé, mais je crois qu’il y a de vrais sentiments du poète dans ce poème parce que pour un poète, seulement avec ses sentiments les plus réels et vivants qu’il peut créer les meilleurs oeuvres. D'ailleurs, Ronsard est un poète autant qu'un Don Juan!...

J'adore ce sonnet parce que, en premier lieu, il est beau et mélancolique. On y voit un tableau nostalgique et réaliste de la vieillesse. Hélène avait été une fille d’une beauté éblouissante et bien-aimée, ce dont elle était très fière, mais à mesure de la vieillesse ses charmes n’existait plus. Personne n’en est souvenue à part le poème, qui était déjà sous la terre. Cela m’évoque beaucoup de sentiments. On a tellement de choses magnifiques dans la vie : la jeunesse, la beauté, la santé, la joie, le bonheur... personne ne veut  les perdre ; mais le temps passe si vite, tout sera « la neige d’antan ». Le bon temps de la vie étant si court, on doit apprécier les choses qu’on posséde pour le moment, même si l’on ne peut pas les garder pour toujours.

En comparaison avec les gens, la poèsi est vraiment immortelle. A travers ce sonnet je trouve des poèmes françaises très charmantes... si vous avez quelques-unes  faciles à comprendre, enverrez-les-moienverrez-les-moi, s'il vous plaît!  :