jardin d'hiver

25 juillet 2010

en stage

Alors, je suis en stage comme interprète(ou traducteur?)pour deux mois. Tout va bien sauf que je ne peut plus me connecter à l'internet... Voilà, j'ai disparu, et je disparaîtrai pour un mois de plus. Je souhaite bonne vacances, si non bon été à tout le monde!

Posté par Estelleth à 11:40 - Commentaires [1] - Permalien [#]


09 mai 2010

Avec des si on mettrait Paris en bouteille

Avec des si on mettrait Paris en bouteille...ce proverbe veut dire que,"Avec des suppositions, on peut dire

3222ad556a2e8a5e71f3481f2ee5e5da_preview_724060

n'importe quoi", n'est-ce pas? Mais aujourd'hui un professeur nous a démandés  comment on pourrait compléter cette phrase,"Si..., on mettrait Paris en bouteille", en joutant qu'on ne peut pas simplement dire "si Paris était tout petit", ou "si la bouteille était assez grande". Quelle question drôle... mais intéréssante quand même. Comment peut-on le faire? Je n'ai pensé qu'aux réponses comme ça, "Si Paris était sur une photo/carte, ou un model, on le mettrait en bouteille". Mais ce n'est pas très original...Mes chers amis, vous avez d'autres réponses?

Posté par Estelleth à 13:20 - Commentaires [4] - Permalien [#]

04 mai 2010

un poème pour la grand-mère

Ma grand-mère est une vieille dame ronde, riante et paisible, âgée de 72 ans. Je l'aime beaucoup, mais en habitant loin de chez elle, je ne peux la voir que dans les longues vacances. Ce petit poème me plaît en me rapellant d'elle, et j'espère qu'il vous plaise aussi. : )

Un poème de Jacques Prévert

La vie n'a pas d'âge.


La vraie jeunesse ne s'use pas.


On a beau l'appeler souvenir,


On a beau dire qu'elle disparaît,


On a beau dire et vouloir dire que tout s'en va,


Tout ce qui est vrai reste là.


Quand la vérité est laide, c'est une bien fâcheuse histoire,


Quand la vérité est belle, rien ne ternit son miroir.


Les gens très âgés remontent en enfance


Et leur coeur bat


Là ou il n'y a pas d'autrefois.

  Une maman formidable donne toujours une grand-mère exceptionnelle.

Posté par Estelleth à 14:24 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

24 avril 2010

L'amour de la bibliothèque

Ces derniers jours je fréquente la bibliothèque de l'université. En fait je n'ai pas d'habitude de rester dans une bibliothèque, mais ça s'est terminé après la découverte d'une zone bien agréable pour moi. Dotée des chaisses en cuir et de grands bureaux, éloignée des bruits, elle me paraît idéale. Le seul ennui: les places là sont très à la demande, mais heureusement, je peux toujours trouver une en arrivant tôt. Donc j'y reste tous les après-midis...
Construite bien récemment, cette bibliothèque est beaucoup mieux et moderne que l'ancienne. Malgré les plainte de l'insuffisance des livres ça existent toujours, ça suffit pour moi. Voilà quelques photos.
6

5

4

Elle n'est pas somptueuse, mais ravissante, n'est-ce pas?

Posté par Estelleth à 16:37 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

22 mars 2010

Qui ne tente rien a rien

Hier je suis allée à Shanghai avec Elisa, l’une de mes camarades et compagnies de chambre. Nous avons fait ce petit séjour pour des conseils pour poursuivre nos études en France. Enfin, je ne suis pas encore déterminée, mais il faut tout d’abord se renseigner. Il y avait une exposition où se présentaient beaucoup des écoles et universités excellentes étrangères, notamment celles françaises, à Shanghai. Ça a tombé très bien,donc nous nous y étions précipitées.

En fait, j'ai déjà une école qui m'intéresse. Vatel, une école internationale du management et de l’hôtellerie et du tourisme. Vous vous la connaissez? Elle me paraît une école très réputée en Europe. L’hôtellerie est aujourd’hui en pleine expansion en Chine, et les cadres spécialisés font défaut, tout cela fait penser à une belle perspective de cette industrie. En outre, le métier d'un cadre hôtelier demande beaucoup d’efforts, je voudrais le pratiquer pour se rendre et se tenir plus forte. Est-ce que c’est un peu naïve ?...Enfin, il est aussi pleine de défis, et parfois écrasant, je me demande si je pourrais bien accomplir les tâches... donc je suis au carrefour maintenant. Enfin, pas pour l’instant, j’ai y réfléchi depuis longtemps, mais je reste toujours indéterminée. En tout cas, c’est une décision très importante. Avant de faire le choix définitif,je vais bien me préparer, par exemple, prendre les examens de IETSL.

A part Vatel, j'ai eu des entretiens avec d'autres grandes écoles françaises, parmi lesquels ESSEC m'a impressionnée le plus. Son représentant est un monsieur très gentil et aimable. L'un des ses mots m'a frappée, " Qui ne tente rien n'a rien ". ça c'est vrai... Quoique je fasse, aller à l'étranger ou rester 2008102118620830en Chine, il faut s'enhardir et "have a try"!

Pour ajouter, Shanghai est une bonne ville... c’est vrai. Je l’ai visitée en 2007, mais cette visite ne m’a pas donnée de bonne impression. Elle est, comment dirais-je, un peu trop urbanisée... mais cette fois, aux mes yeux, elle a tout à fait changé d'aspect. On peut le contribuer partiellement aux préparatifs de l’exposition universelle qui aura place dans un mois. Elle est, maintenant, une ville vraiment charmante et accueillante. Si vous avez de l'occasion, je vous invite à la visiter cet été. A bientôt! : )

Et voilà la mascotte de l'exposition universelle 2010, Haibao(un trésor de la mer). C'est mignon, n'est-ce pas?

Posté par Estelleth à 13:23 - - Commentaires [4] - Permalien [#]


18 mars 2010

Enfant unique

Le_theme_enfantJe croyais qu’il n’y avait pas beaucoup d’enfants uniques en France, ou dans tous les pays occidentaux, car une famille occidentale qu’on voyait, à la télé ou dans un film, est souvent composée de deux parents et plusieurs enfants. Alors qu’en Chine, l’enfin unique ne manque pas dans notre génération. Résultat d’une politique chinoise bien connue : la planification des naissances, qui, dès années soixante-dix, ne permet que d’avoir seulement un enfant aux couples chinois, à moins que le bébé soit atteint d'une infirmité physique ou subisse un maladie très grave. C’est tout naturel, parce que le pays et son peuple a souffert de sa population énorme... Par conséquent, une famille, un enfant ; un phénomène très commun chez nous.

Moi je suis aussi l’enfant unique. Entourée des semblables depuis l’enfance, je n’ai jamais eu la moindre pensée sur la différence entre un enfant unique et un enfant qui n’est pas le seul. Jusqu’à aujourd’hui j’ai lu un reportage sur les enfants uniques français. Il a immédiatement saisi mon attention par la première phrase, « En Chine, on l’appelle « petit em2832854_204893pereur ». Chez nous, il serait plutôt petit tyran ! » Oui il y a aussi beaucoup d’enfants uniques en France... et la situation est bien similaire.

Enfant unique, il est « chouchou désigné d’office », le seul dépositaire de l’affection parental, fort en thème, intégré plutôt dans la société... mais il est aussi plus possible d’être gâté, et à mesure de grandir, il se sentirait plus solitaire, et souffrirait d’une plus grande pression. Par exemple, plus investi par leurs parents, plus il craindrait d’échec,et plus il est obsédé par le regret de n’avoir pas été à la hauteur des ambitions parentales ; étant le seul héritier, il se sent plus nécessaire de s'ocuper de leur parents, physiquement et moralement, et de« relever l’honneur de la famille ». Et il est plus sous surveillance, même im n'est plus un enfant. Je vous donne un exemple sur le mariage : en Chine, un célibataire dans une famille nombreuse peut être pardonné, mais s’il est l’enfant unique, la situation est tout à fait différente.

Cet article m’a touchée. Moi je n’y ai pensé pas... si j’avais un frère ou une soeur, tout pourrait changer. Et cela m'évoque d'autres choses. Sortis de la génération nés aux années 80, composée des enfants uniques, nous étions considérés comme des jeunes naïfs, égoïste, rebelles et incapables d’accomplir les tâche des adultes, mais il est prouvé que c’est pas vrai. Le « petit empereurs » se transforment en adultes matures et fiables. C'est le destin de notre génération... mais que serait celui des plus jeunes Chinois que nous? que serait celui de jeune français? J'en suis curieuse.

Et voilà une photo d’une très jeune enfant unique : ma petite nièce, qui n’a qu’un an. Elle est la chouchoute de toute la famille, je suis sa fan ! 

3

Posté par Estelleth à 07:53 - Commentaires [4] - Permalien [#]

14 mars 2010

Une affiche

aquitqineVoilà ce que j’ai découverte aujourd’hui... une affiche, si on peut la nommer comme ça, de la région Aquitaine! Je l’ai aperçue par hasard dans mon ordinateur. C’est une affiche que j’ai faite dans la deuxième année. Ce semestre-là j’ai suivi le cours « la France en direct », qui nous avons dévoilé le beau visage de la France par la région et par diverses domaines. Le prof nous a montré beaucoup d’images et de vidéos intéressantes qui m’ont beaucoup plue. Je me suis surtout intéressée à l’Aquitaine, donc j’ai fait une affiche qui présentait les spécialités que je connaissais de cette région. Je sais bien qu’elle est primitive, mais enfin, c’est un pas sur mon chemin d’apprendre le français ! Je suis ravie de la retrouver, donc je la présente telle qu’elle est pour vous partager ma petite joie ! Bonne journée ! :)Randonn_e_en_France

Et voilà une image que je trouve intéressante de ce cours. 

Posté par Estelleth à 15:42 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

11 mars 2010

Le chocolat

02c59d2f81a00d66948c65bf1f5d2d2aVoilà un bon film que j’ai vu dernièrement : Le chocolat., avec Juliette Binoche et Johnny Depp. Il raconte une petite histoire intéressante, douce et amoureuse. Dans le film, Binoche ( je l’adore depuis toujours !...) joue le rôle de Vianne, une jeune femme très jolie et mystérieuse. En arrivant à Lansquenet, une petite ville française où la vie s'écoule, paisible et immuable depuis des siècles, avec sa petite fille, Vianne trouble le calme par ouvrir un confiserie. Elle fait du chocolat G2971243054972merveilleux d’origine maya, qui ne satisfait pas non seulement les goût des tous les clients, mais aussi « soigne les espoirs perdus et réveille des sentiments inattendus dans les cœurs ». Cela agace le comte de Reynaud, maire de la ville, parce qu’il croit que le chocolat de Vianne menace l'ordre et la moralité. D’une volonté ferme, et plus tard adjoint par Rouxjoué par Johnny Depp, l’homme qui a conquis tant de coeurs !, chef d’un group des errants, Vianne combat avec le maire. Et enfin, bien sûr, le chocolat triomphe.

D'après moi, en bref c’est une histoire nous enseigne à ne pas s’enchaîner dans la vie. Il y a des règles à suivre, il nous fait du bien à les respecter ; mais nous pouvons toujours le faire tout en menant une vie libre et heureuse selon notre coeur. C’est peut-être une rengaine... mais ce ne nuit pas au charme de ce film. Pour moi il est adorable parce qu'il nous raconte une histoire qui colle à la vie : pas de discours didactique, pas ds sens opaque, seulement une petite hostoire qui est un peu comme un fable ou un comte de fée, mais qui nous dit quelque chose. En plus, Binoche et Depp lui a donné du lustre, et le plus important, le fabuleux chocolat est tout à fait irrésistible!

o__E5_B7_A7_E5_85_8B_E5_8A_9B

Posté par Estelleth à 13:38 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

10 mars 2010

Quand vous serez bien vieille

Aujourd’hui j’aimerais vous parler d'un sonnet qui me plaît beaucoup : Quand vous serez bien vieille de Pierre de Ronsard.

Quand vous serez bien vieille, au soir, à la chandelle,     rose2
Assise auprès du feu, dévidant et filant,
Direz, chantant mes vers, en vous émerveillant :
"Ronsard me célébrait du temps que j'étais belle !"

Lors, vous n'aurez servante oyant telle nouvelle,
Déjà sous le labeur à demi sommeillant,
Qui au bruit de Ronsard ne s'aille réveillant,
Bénissant votre nom de louange immortelle.

Je serais sous la terre, et, fantôme sans os,
Par les ombres myrteux je prendrai mon repos ;
Vous serez au foyer une vieille accroupie,

Regrettant mon amour et votre fier dédain.
Vivez, si m'en croyez, n'attendez à demain :
Cueillez dès aujourd'hui les roses de la vie.

Elle est connue comme son auteur, n’est-ce pas ? Je la trouve très belle et émouvante. En fait, c’est « retrouver »: je l’ai lue il y a huit ans. C’était tout par hasard que je l’ai entrevue, en version chinoise bien sûr. Mais étant une petite fille, je ne savait pas l’apprécier. Maitenant je la retrouve en version originale, et je connais que c’est le « Sonnets pour Hélène » de Pierre de Ronsard.

Ronsard n’est peut-être pas très célèbre en Chine, mais tout le monde admire la réputation de la Pléiade dont il est le représentant. Le recuil Sonnets pour Hélène est l’un des ses chef-d’oeuvres. Dans l’histoire, Hélène de Surgères fut une servante de la reine. On dit que ce sonnet était écrit à la demande de la reine pour célébrer et consoler cette jeune fille qui venait de perdre son fiancé, mais je crois qu’il y a de vrais sentiments du poète dans ce poème parce que pour un poète, seulement avec ses sentiments les plus réels et vivants qu’il peut créer les meilleurs oeuvres. D'ailleurs, Ronsard est un poète autant qu'un Don Juan!...

J'adore ce sonnet parce que, en premier lieu, il est beau et mélancolique. On y voit un tableau nostalgique et réaliste de la vieillesse. Hélène avait été une fille d’une beauté éblouissante et bien-aimée, ce dont elle était très fière, mais à mesure de la vieillesse ses charmes n’existait plus. Personne n’en est souvenue à part le poème, qui était déjà sous la terre. Cela m’évoque beaucoup de sentiments. On a tellement de choses magnifiques dans la vie : la jeunesse, la beauté, la santé, la joie, le bonheur... personne ne veut  les perdre ; mais le temps passe si vite, tout sera « la neige d’antan ». Le bon temps de la vie étant si court, on doit apprécier les choses qu’on posséde pour le moment, même si l’on ne peut pas les garder pour toujours.

En comparaison avec les gens, la poèsi est vraiment immortelle. A travers ce sonnet je trouve des poèmes françaises très charmantes... si vous avez quelques-unes  faciles à comprendre, enverrez-les-moienverrez-les-moi, s'il vous plaît!  :

 

Posté par Estelleth à 03:21 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

02 mars 2010

La fête de Yuanxiao... et voilà la rentrée!

2007122392939758_2Voilà la rentrée... Je suis retournée à l'université il y a quelques jours, en fête des lanternes, soit la fête de YuanxiaoYuanxiao et le dernier jour du Nouvel An chinois. YuanxiaoYuanxiao est une collation traditionnelle du Nouvel An chinois ; ce sont des boulettes du riz glutineux farcies qui sont cuites à l’eau, on en mange pour fêter les retrouvailles familiales et souhaiter que tout aille bien au nouvel an.__3

Il y a une anecdote : la yuanxiaoyuanxiao est aussi appelée tangyuan, et mon nom est Tang, qui est le même que la premier moitié de ce mot. Quand j’étais à l’école on m’en moquait toujours, qui m’a agacée et parfois m’a fâchée. Pourtant j’aime toujours les yuanxiaoyuanxiao. Cette année, encore une fois je ne peux pas en partager avec ma famille. C’est dommage, mais j’ai au moins mes camarades ! Hier j’ai partagé quelqu’unes avec mes compagnies de chambre, elles étaient délicieuses comme toujours (toutes les yuanxiaoyuanxiao et mes compagnies : p)!

Et voilà, les vacances d’hiver sont finies, c’est l’heure de travailler. Bon courage à tous ! Demain ce srea un nouveau jour.

Posté par Estelleth à 07:01 - Commentaires [9] - Permalien [#]